France : Emmanuel Abayisenga, d’origine rwandaise a avoué avoir tué un prêtre à Nantes

Prêtre Olivier maire tué

Ce lundi matin, un Rwandais placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de l’enquête sur l’incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, s’est présenté auprès de la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre pour avouer avoir tué un prêtre.

Prêtre Olivier maire tué

Une enquête ouverte pour « homicide volontaire »

Au cours de ce même point presse, Yannick Le Goater a également fait le point sur l’avancée des investigations. «L’enquête ouverte du chef d’homicide volontaire à savoir de meurtre, a été confiée par le parquet de La Roche-sur-Yon à la section de recherches de Nantes ainsi qu’à la brigade de recherches de la gendarmerie de La Roche-sur-Yon. Le mis en cause a été placé en garde à vue dès 9h15, il résidait dans les locaux de la congrégation religieuse dans le cadre d’une obligation de résidence à la suite d’une information judiciaire», a-t-il détaillé. Le vice-procureur a également expliqué que le 20 juin dernier, la victime avait contacté les forces de l’ordre puisque le suspect menaçait de quitter les lieux.

« Aucun mobile lié à un motif terroriste », selon Yannick Le Goater

Lors d’un point presse tenu ce lundi en fin d’après-midi, Yannick Le Goater, vice-procureur de La Roche-sur-Yon, a écarté, pour l’heure, le motif terroriste dans la découverte du corps d’un prêtre ce jour. «Pour l’instant ce n’est absolument pas caractérisé, c’est d’ailleurs le parquet de La Roche-sur-Yon qui est saisi et en aucun cas le parquet national antiterroriste. Il n’y a aucun mobile lié à un motif terroriste qui apparaît caractérisé à cet état de la, procédure», a-t-il assuré.

Cliquer ici pour lire la suite sur BFMTV

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.