France : « Le ridicule ne tue pas ! » Paris considère Kigali comme gendarme de l’Afrique !

Le Général Thierry Burkhard et Gén. Jean Bosco Kazura à Paris ce 14 Mars 2022

Les autorités judiciaires au Rwandapoursuivent des membres de l’opposition, journalistes et commentateurs pour leurs discours et opinions, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. En 2020 et 2021, Human Rights Watch a suivi plusieurs procès lors desquels les autorités judiciaires ont engagé des poursuites pour des motifs politiques et entretenu un climat d’intolérance à l’égard de la dissidence.[Ndlr :En avril 1994, Paul Kagame et le FPR ont abattu l’avion qui transportait le Président rwandais Juvénal Habyarimana et burundais Cyprien Ntaryamira, cet acte terroriste est considéré par l’ONU comment l’élément déclencheur du génocide au Rwanda. Depuis 1996, Paul Kagame et son armée ont mené des attaques en RD- Congo / ex-Zaïre où ils tuent des congolais et des réfugiés hutus rwandais, ces massacres ont été reportés dans le rapport mapping de l’ONU  de 2010 et peuvent constituer des actes de génocide s’ils sont présentés devant la justice. Paul Kagame garde sur son territoire des rebelles congolais et burundais qui sèment le désordre dans toute la région des grand – lacs ; c’est ce comportement belliqueux de Kigali que La France appelle la puissance du Rwanda !]

Après la visite en France du président Rwandais Paul Kagamé en mai 2021, c’est une délégation des forces rwandaises de défense qui est à Paris cette semaine. Menée par le chef d’état-major rwandais, le général Jean Bosco Kazura, la délégation a rencontré lundi le chef d’état-major Français des armées, le général Thierry Burkhard.

Une visite significative puisqu’il s’agit du premier déplacement de l’état-major Rwandais en France depuis plus de 25 ans. Une reprise de la coopération militaire entre la France et le Rwanda est-elle à l’ordre du jour ? Selon un porte-parole du chef d’état-major des armées françaises, il s’agit « d’échanges classiques ».

Des discussions où il sera notamment question de la stabilité en Afrique Centrale et au Mozambique où la montée en puissance du groupe État islamique inquiète. Dans l’est de la RDC, Iscap, l’État islamique en Afrique centrale, s’est aussi rapproché ces dernières années des rebelles des ADF. Quant au Mozambique, une rébellion islamiste a attaqué, l’année dernière, la ville de Palma dans le nord du pays où est présent le groupe français Total.

Kigali, gendarme de l’Afrique

Cette rencontre entre les chefs d’état-major des deux pays intervient alors que Kigali s’impose peu a peu comme gendarme de l’Afrique. Plusieurs milliers de soldats rwandais sont notamment déployés au Soudan, en Centrafrique et plus récemment au Mozambique. Kigali représente un véritable pôle d’équilibre dans une région instable, commente un ancien militaire Français de haut rang.

Article de RFI

6 Comments

  1. สล็อตโรม่า Roma slot เกมสล็อตแตกง่าย เล่นยังไงให้ได้กำไรเยอะ วนใจเข้าเดิมพันเกม และอ่านบทความ เนื้อหานี้ สามารถคลิกมาเลยได้ที่ AMBBET GAME พร้อมบริการเกมยอดฮิตเกมนี้ตลอด 24 ชั่วโมง

  2. le comportement de la France ne me surpris pas du tout, au contraire il confirme que les européens sont prêts á tout pour sauvegarder leurs intérêts en Afrique, sans aucune considération des africains. Les francais connaissen bien Kagame et ils connaissaient bien Habyarimana, Mobutu &co!

    Cette coopération franco-Kagame devrait ouvrir les yeux aux naifs africains qui croient encore aux beaux mots de Blancs menteurs (droits de l’homme, démocratie, ect…)

    Cette histoire se terminera très mal pour la France qui a beaucoup à perdre en Afrique. J’espère que l’ exemple du Mali sera poursuivi par plusieurs autres états d’ Afrique de l’Ouest

    • Les français sont comme les caméléon voilà pourquoi ils sont en train de perdre les pays au détriment de l’anglophonie bientôt bcp de pays vont suivre la Russie et cela a été vu qd on voyait pour condamner la russie

  3. La France de Macron montre son vrai visage>Chirac a bien dit que sans l’Afrique la France n’existe pas.Le soutien de Kagame par Macron passe par TOTAL.Au Mozambique Kagame a environ 5000 militaires paye par TOTAL mais une partie du salaire est directement versee au FPR.On se demande si le Parlement autorise cette presence rwandaise dans les Pays Africains, demain on verra des bataillons rwandais en Ukraine!!!

  4. Vous avez parfaitement raison, le ridicule est devenu un mot dépourvu de sens chez certains hommes politiques et journalistes français.
    C’est un fait notoire que les caisses rwandaises sont pratiquement vides de sorte que Kagame ne peut même par payer les soldes de ses soldats pendant deux mois. Pour payer les soldes des soldats et des fonctionnaires, Kagame recourt au racket des Rwandais déjà frappés de paupérisation et de famine depuis des années par jeu d’impôts en tous genres d’une part et à mendicité auprès des bienfaiteurs étrangers publics et privés d’autre part. Les guerres en Afrique créées par les maîtres du monde pour semer le désordre et le chaos dans l’unique dessein de tenir les Etats Africains dans leurs poches est pour Kagame, un pain béni. Il a transformé son armée en une armée de mercenaires. Il les mets à titre onéreux à la disposition de certains Etats dont la France, RCA pour assurer la protection de leurs intérêts et leur sécurité. Ainsi, Kagame a envoyé des milliers de soldats rwandais au Mozambique, RCA, Somalie, Soudan et ailleurs pour protéger les intérêts de la France (pétrole de la Société Total) et assurer la sécurité de la RCA, Somalie, Soudan etc. dans le cadre de l’ONU ou de l’Union Africaine. En contre partie, c’est la France, Mozambique, l’ONU, Union Africaine qui prennent financièrement et matériellement en charge ses milliers de soldats rwandais. Il est en résulte que l’Etat Rwandais ne paye aucun sous relativement aux interventions militaires de l’armée rwandaise à l’étranger. C’est une charge de moins pour le budget de l’Etat Rwandais gravement en souffrance. Dès lors, parler du Rwanda, gendarme d’Afrique est amuser les galeries. L’auteur de ce genre d’assertions prend les Africains et les Rwandais pour des bougres. Il semble ignorer que grâce à l’internet, le Rwanda et les Rwandais des années 90 relèvent du passé. Les Rwandais savent comment fonctionnent les maîtres du monde et le monde d’aujourd’hui. Ces derniers ont une vue exogène et obsolète du Rwanda. Les autorités et les journalistes français ne savent donc pas que les Rwandais dont plus de 65 % de la population rwandaise ont moins de 30 ans et savent lire les journaux dans plusieurs langues.
    Sur Général Kazura, sa biographie est tronqué et truffé de trous gommés sciemment par lui et les médias du régime rwandais dont il est serviteur.
    Général Kazura est, semble-t-il, ex-officier déserteur de l’armée burundaise est un criminel notoire. Il a à son actif des milliers de cadavres de Rwandais, femmes, enfants et hommes rwandais de tous âges et conditions de l’Est du Rwanda. Les témoins oculaires existent.
    Il est venu en France sur l’invitation de la France, présidée par Macron, nouveau entrant dans le club des amis de Kagame, le tout sans être inquiété outre mesure. Il convient de rappeler qu’il a été viré de son poste de commandant de la MINUSMA pour des crimes de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité contre les Rwandais à l’Est du Rwanda. L’ONU l’a renvoyé après avoir enquêté sur l’effectivité des crimes qui lui sont imputés.
    Il en résulte que la France a invité un des bouchers des Rwandais de l’Est du Rwanda.
    Certes Kazura a incontestablement commis des crimes mais dès lors qu’il n’a pas encore répondu de ses méfaits devant un tribunal, il est présumé innocent.
    Force est de constater qu’aucune plainte n’a été déposée à son endroit devant un tribunal par une association ou des associations des Rwandais opérant en France au nom des victimes. Déposer une plainte ne coûte rien. Parler c’est bon mais agir c’est encore mieux. Il est dit que la France est un Etat de droit.
    Il est dit que Kazura était officier de l’armée burundais et qu’il a déserté en 1990 ou après pour s’enrôler dans l’armée de Kagame. Par conséquent, il est de nationalité burundaise et rwandaise.
    Questions:
    1- Kazura était-il effectivement officier de l’armée burundaise et de quelle promotion ? Un burundais ou Rwandais qui le connaît bien tel que Général Docteur Habyarimana Emmanuel peut-il éclairer les Rwandais sur qui est effectivement Kazura?
    2- S’il était officier de l’armée burundaise, il était conséquemment de nationalité exclusivement burundaise.
    Dans tous les pays du monde moderne, la désertion d’un soldat est constitutive de crime lourdement puni. Si le déserteur a été naturalisé, sa nationalité lui est d’office retirée ou il est déchu de celle-ci, le tout par le juge.
    Le Burundi lui a-t-il retiré sa nationalité burundaise ou a-t-il été déchu de cette nationalité par le Burundi ? Dans l’infirmative, Kazura a-t-il demandé le retrait de sa nationalité burundaise ? Dans le cas contraire, il a alors la double nationalité, rwandaise et burundaise. Il a donc deux passeports rwandaise et burundaise.
    3- Combien d’ex-officiers de l’armée burundaise ont-ils déserté pour s’enrôler dans l’armée du FPR?
    4- Quelles sont les mesures qui ont été prises par le Burundi contre ces déserteurs ?

Les commentaires sont fermés.