Génocide rwandais : «Jusqu’à présent, en France, les universitaires n’avaient pas traité les crimes de masse du FPR» (Claudine Vidal).

Comment enquêter sur les violences extrêmes ? Comment secourir leurs victimes et juger leurs responsables? Ces trois questions traversent un ouvrage collectif intitulé « Violences extrêmes. Enquêter, secourir, Juger », qui vient d’être publié par la Maison des sciences de l’homme. Le livre revient sur ce qui s’est notamment passé au Rwanda. Pour en parler, Laurent Correau est en ligne avec l’universitaire Claudine Vidal, l’une des coordonnatrices de ce travail.

RFI : Dans cet ouvrage que vous codirigez, on voit se dérouler trois moments des « Violences extrêmes » : le temps de l’enquête, le temps des secours et celui du jugement des auteurs d’exaction. Vous avez donc fait travailler ensemble des humanitaires et des chercheurs…

Claudine Vidal : C’est exact. Et l’un des intérêts de ce que nous avons fait, c’est cette association -qui est ancienne d’ailleurs pour nous-. Les humanitaires sont vraiment sur le temps de la crise, le temps le plus chaud où sont rarement les chercheurs qui interviennent plutôt après.

La première partie de cet ouvrage, c’est l’enquête. Quels sont les problèmes que vous pointez dans la capacité qu’ont chercheurs et humanitaires à enquêter sur des crimes de masse ?

Claudine Vidal, sociologue française, directrice de recherche émérite au CNRS.

La partie « enquêter » est entièrement centrée sur le Rwanda, sur ce qui s’est passé au Rwanda il y a plus de 25 ans maintenant. Plusieurs chercheurs sont intervenus pour dire ce que nous savons maintenant ou ce que nous ne savons pas à la lumière de pratiquement 20 années d’enquête et de très nombreuses publications. En 1998, était parue une énorme publication d’observateurs des droits de l’homme qui s’appelait « Aucun témoin ne doit survivre ». Une enquête de la FIDH [Fédération internationale pour les droits humains] et de Human Rights Watch. Beaucoup de ce qu’elle décrivait est toujours valable, excepté un point noir qui reste, celui des violences de masse commises contre les populations civiles hutues.

Cette partie du livre revient aussi sur les enquêtes de terrain qui se sont centrées sur les micro politiques du génocide. Ces recherches très fines menées sur de petits secteurs ont pu montrer comment les paysans hutus se sont fait entraîner dans cette mécanique de tuerie. Enfin, il y a un article d’un très bon spécialiste du Rwanda, très connu, qui s’appelle Scott Straus. Il se demande quelles sont les limites apportées à l’ensemble des enquêtes sur les violences au Rwanda par le fait qu’on n’a pas pu évoquer les crimes de masse commis par le FPR [Front patriotique rwandais, actuellement au pouvoir] entre 1990 et 1994, et après.

Est-ce que la recherche sur les crimes commis par le FPR avant 1994, pendant le génocide des Tutsis et ensuite dans les forêts congolaises n’a pas été rendue impossible par le débat autour du double génocide et par les agendas de certains acteurs politiques sur ce sujet ?

Je ne le pense pas. Je pense que l’interdit mis par le FPR sur ces recherches, qui conduit à traiter de négationniste quiconque pense en faire, suffit largement. Le débat sur le double génocide me paraît un débat entre idéologues, mais absolument pas entre chercheurs, à de très rares exceptions près.

Cliquer ici pour lire la suite sur le site RFI

14 Comments

  1. Je viens de vous lire et je n’en crois pas mes yeux. Je ne sais pas si c’est juste de la haine, ou de l’incomprehension ou un mixage de tout ce qui raconte pour perdre le lecteur intéressé.
    Pour vous un eclaircissement rapide a votre commentaire a partir d’extraits mis en italique.
    Bernard Lugan, seul expert du Rwanda reconnu comme tel par les rwandais
    – Juste à cause ses thèses farfelues comme celui d’un génocide non prémédité. Fausse thèse rejetée par tous les toutes les instances universitaire parceque ses thèses ne s’appuie que sur des citations récoltées ca et là. Et vous le portez dans votre cœur parceque il essaye de faire croire que le genocide n’avait pas été prepare ? Ce qui amoindrirais les peines au genocidaires (voires remettrais en question le genocide meme. Et qu’il a essayé de defendre les genocidaires comme Bagosora
    – Cet universitaire français, connu pour ses liens avec l’extrême droite et sa nostalgie du colonialisme, ne peut guère être considéré comme un spécialiste du Rwanda reconnu par ses pairs. Ses theses sont rejetés par la plus grande partie de la communauté universitaire et scientifique
    Rutaremara a également dit que les infiltrés du FPR « BARAKORAGA ».
    – On sait tres bien tout les 2 que c’est pas la meme chose à moins que vous ne comprenait pas parfaitement le kinyarwanda. La vérité est que les inkotanyi (militaires FPR) s’infiltrait pour renseigner les positions de l’ennemi et autre renseignement et souvent sans armes ou cacher tres loin. A noter qu’ils était tres peu nombreux a pouvoir s’infiltrer parcque ils étaient tres vite repérer (tutsi assez reconnaisable) et abatu par le FAR et interahamwe ds les barrières au lendemain de Oct 90. La triste histoire est que presque tous ont été tuer comme les autres tutsi. Ce que veut dire Tito Rutaremara . C’est qu’ils ont fait un travail inestimable. Barakoraga= c’est gars ont vraiment travailler. Une autre difference est que Sindikubwabo donne un ordre alorsque Tito se remémore des ce qu’ont pu faire ls infiltre.
    il s’agit d’une reprise pure et simple des accusations du Rwanda ci-dessus évoquées qui ont été portées devant les tribunaux français par les officines du régime Kagame opérant en France à savoir CPCR de Gauthier Alain, dit Chasseur des Hutu en France avec sa femme Dafroza, Umututsikazi de Bugesera mais originaire de Gikongoro, employés du Gouvernement FPR et qui ont été récompensés par Kagame
    – La dame Dafroza. Umututsikazi. Pourquoi voulez vous que cette dame ne recherche pas les gens qui ont tues les membres de sa famille (comme des bebes), decoupes a la machette et violees au prealabble et tout innocents, parceque ils sont nes d’une autre ethnie. Pourquoi ne veut tu pas qu’elle se mettent a leur recherches et engagent d’autres dans la meme situation a faire de meme ? Est-ce un crime ? Est-ce aussi un crime si son epaoux par empathie et connaissant evidemment la situation au pays ne puisse lui perter mains fortes avec les moyens dispo comme faire appel aus juridiriction de son pays la France ou resident les auteurs de ces mefait.
    – Preciser que c’est une Umututsikazi ca veut dire quoi exactement. Est-ce un reveil a tout ce qui a horeur de la gent called tutsi ? Elle devrait necessairement etre Umuhutukazi pourque son action ait plus de credibilte ? est ce que mutustsi veut vraiment dire satan comme ca fait comprendre memes aux enfant hutus pour demarrer le genocide au moment venu ?
    – Pourquoi les tutsi devrait se taire et ne devrait pas demander reparation du genocide de manière a ce que ca ne se reproduisent plus considerant que ils doivent forecement vivre ensemble ? Pourquoi IBUKA, FARGE, AERG .. et toutes les institutions des rescapes du genocide devrait etre rejeter par un etat qui s attend a etre responsable de ses elus. Pourquoi cet Etat responsable ne devrait pas faire des efforts a retablir ces personnes en, déjà au minimum, leur donner des facilites d’expression. Serait-ce pcq Le president serait au depart tutsi que il y a quelque chose qui ressemblerait a un conflit d’interet parceque ils seraient tout les deux tutsi ? Que devrait faire un president dans cette situation hutu ou tutsi ?Conflit d’interet serait retenu parcequ le president devrait etre hutu ou du moins la dame Daphrose ? Bon
    – Pourquoi le President Kagame ne lui rendrait pas ses honneurs alorsqu elle afait preuve de courage ? Que le President soit Tutsi ou Hutu, c’autait été un minimum a faire pour déjà commencer a regler ce probleme et minimiser les ressentis.
    Il convient de rappeler que les auteurs des massacres étaient issus des catégories sociales diverses et de toutes tendances politiques y compris des milliers d’infiltrés du FPR
    – C’est tres faux. C’est pas possibles. Qu’en serait les raisons de tuer ma sœur de meme père et peres qui elevent ma fille ou qui prend soin de mes parents pendant que je serait dans des operation pour leur rendre un monde meilleur. Ces affirmation sont absurdes memes en envisagant les situation les plus absurdes.
    Il est le seul pays qui a envoyé des juges au Rwanda pour conseiller les juges rwandais quant à la rédactions des actes d’accusation contre ses Hutu et l’optimisation de réussite de ces accusations
    – Vaste blague. Donnez juste un exemple assez abouti ou même celui qui ne tient pas la route si vous en manquez
    Elle a également déployé une armada de moyens pour enterrer définitivement le dossier de l’Attentat contre l’avion du Président Habyarimana
    – Au moins cela disculpe le FPR. Parceque tout le monde sait tres bien que c’est les genocidaire qui ont commandite cela avec des gens comme Vedrine et des mercenaires. Reflechissez un peu, si vous n’etes pas du Rwanda, comment FPR ne pouvait tirer de kanombe (balistique et possibilte inoui de disposer d’engins et logistique dans zones hautement securises) ?

    • Kabalusa luke veut donner son témoignage à décharge je suppose. C’est une bonne chose.
      Il faut que tous les faux témoins qui ont été formés et payés par le Gouvernement Kagame osent dire la Vérité. Ils doivent savoir que fournir les faux témoignages est un acte grave constitutif d’infraction et qu’en conséquence, quoi qu’il advienne, ils devront répondre de leurs actes. C’est une question de temps. Un bon conseil: dites la Vérité et rien que la Vérité, dites comment les maîtres du Rwanda vous ont obligés de charger faussement Bucyibaruta Laurent. Ainsi, vous serez en paix avec vous-mêmes. Dans le cas contraire, vous savez ce qui vous attend. Le régime Kagame est en phase terminale de son existence. Il ne vous sera d’aucune utilité. Tous les faux témoins seront jugés pour ce qu’ils ont fait. S’ils sont croyants, ils doivent se repentir comme tout bon croyant en Dieu. Il ne faut pas être comme le religieux qui a chargé faussement Monseigneur Misago et qui, quelques heures après, est allé prêcher la bonne parole de Dieu dans son église. A la sortie de la messe, lorsque ce soi-disant religieux a voulu serrer la main à un des fidèles, celui-ci lui dit, en accusant faussement notre Evêque, vous vous êtes sali et à jamais. Si je vous serre la main, celle-ci sera souillée. Par conséquent, ma vie durant, je n’entend pas me souiller. Votre place est ailleurs sauf dans notre Eglise. Il le lui a dit à haute voix et devant ses enfants et plusieurs autres fidèles dont certains ont par la suite changé purement et simplement de religion ou d’Eglise. Les cas de ce soi-disant prêtre sont nombreux ici au Rwanda. C’est la preuve de la décadence morale qui frappe gravement la société rwandaise dans son ensemble. Les exceptions sont rares. La fourniture de faux témoignages contre les innocents moyennant une petite somme de nos francs est devenu une activité lucrative. La reconstruction morale de la société rwandaise sera un travail de longue haleine pour les futurs dirigeants rwandais. Il sera plus difficile que la reconstruction matérielle. Dans le Rwanda de Kagame, l’honneur, la dignité, le respect de la parole donnée, le respect du bien commun, la compassion des dirigeants à l’endroit des plus faibles, les mensonges, l’honnêteté intellectuelle des soi-disant érudits, bref toutes les valeurs qui constituent le ciment d’une Nation sont des mots dépourvus de sens. Les faits d’actualité flagrants en sont la parfaite illustration: tuer des innocents (femmes, hommes, enfants), mentir devant des millions de Rwandais, vider les caisses de l’Etat c’est-à-dire des Rwandais, les viols d’enfants, les incestes en toute impunité, viols des femmes et/ou harcèlement moral à l’endroit de celles-ci par leurs supérieurs y compris dans l’armée de Kagame( différente de l’armée nationale) etc.

      • Vous vous surpassez dans la ……… et la…… Libre a vous. Mais c’est déjà criminel
        Ainsi, vous serez en paix avec vous-mêmes. Dans le cas contraire, vous savez ce qui vous attend.
        – Ca c ;est quoi encore ?Hahahaha. terroriser les temoins de l’Enfer. Que dire de tous les genocidaires condamne ou pas encore etant tous des fervent chretiens catholique avec des chapelets autours du cou ? Ils estiment qu’ils ont fait leur devoir aupres de Dieu. Meme si certain demande pardon au fond il restent convaincu que cee tutsi est satan sinon ils auraient remis en question leur foi/ religion. A moins que vous n’y cherchiez par la, la symphathie de l’eglise catho. Ils ne peuvent plus rien pour les genocidaires parceque ils se sont trop mis a la lumiere et les savent incontrolables quand ils en ont la possibilte au point que ce que ils attendent d’eux n’entend pas leurs attente aussi politique que de domination.
        Le régime Kagame est en phase terminale de son existence
        – L’adminstration Kagame est l’une qui a reussi et qui perdurera apres lui pour avoir fait ses preuves bien tangibles. Et ce meme dans le tres lointain futur.

  2. « Génocide rwandais : «Jusqu’à présent, en France, les universitaires n’avaient pas traité les crimes de masse du FPR» (Claudine Vidal). »

    Madame Vidal aurait pu dire: Jusqu’à présent…. les universitaires français n’ont jamais traité les crimes de masse du FPR, sous réserve d’un citer même un.
    Jusqu’à ce jour, à l’exception du Professeur Bernard Lugan, seul expert du Rwanda reconnu comme tel par les rwandais, les universitaires français dont Madame Vidal sont experts dans les copier et coller des jérémiades des oligarques du régime Kagame et officines de celui-ci opérant en France.

    La parfaite illustration est le fameux « Rapport dit de la Commission dite Duclert ». En effet, ce rapport a été rédigé par les Professeurs, historiens de France et pas celle du Rwanda, autrement dit qui ne connaissent rien sur Rwanda. En raison de leur méconnaissance du Rwanda et de leur manque d’honnêteté intellectuelle, ce rapport est truffé d’énormités inexcusables. C’est un fourre-tout imbuvable. Il faut exceptionnellement courageux pour pouvoir le lire intégralement.

    Aussi, ce qui est encore gravissime, les juges, hommes lois français se fondent sur les écrits des érudits français dits intellectuels dont les universitaires, pour condamnés les Hutu Rwandais qui ont trouvé asile en France.
    Selon les juges et les professeurs français, les Tutsi Rwanda sont une race. Ils ont été massivement massacrés par les Hutu en raison de leur race. Les Tutsi sont une race sui generis au Rwanda. Cette race n’est connue que par les universitaires et juges français. Dans la littérature abondante en France en l’occurrence, des universitaires français gomment sciemment les contextes dans lesquels les crimes contre les Tutsi sont.Pour eux, la guerre du FPR dont les dirigeants venus d’étranger prétendaient incarner les Tutsi Rwandais contre le Rwanda, était légitime. Il en était et est de même de l’enrôlement des milliers des Tutsi de l’intérieur dans l’armée du FPR contre leurs voisins et amis Hutu et partant contre le Rwanda. Ils fi des crimes de masse établis contre les Hutu qui, au surplus, ont été reconnus par Kagame en personne devant des millions de Rwandais.

    Pour eux, l’existence des milliers d’infiltrés du FPR sur l’ensemble du Rwanda et qui ont participé directement aux massacres des Tutsi est une pure spéculation. Ils prétendent donc mieux connaître le FPR que Tite Rutaremara qui a publiquement porté à la connaissance des Rwandais l’existence de ces infiltrés, le tout à la télévision rwandaise. Sachant qu’à l’instar du Président Sindikubwabo, qui a prononcé le fameux mot ‘mukomeze mukore akazi kany », à Butare, Rutaremara a également dit que les infiltrés du FPR « BARAKORAGA ».

    Les universitaires français considèrent que le mot Gukora prononcé par Sindikubwabo n’a pas la même signification que celui prononcé par Tite Rutaremara. Celui émanant du Président Sindikubwabo est un appel lancé aux Hutu de Butare de génocider les Tutsi alors que celui des infiltrés du FPR dans les Interahamwe (entendu au sens large) signifie vaquer à leurs tâches habituelles mais sans pouvoir les préciser.

    Les juges français ne reconnaissent pas les effets des jugements du TPIR en droit interne français exclusivement lorsqu’ils sont favorables aux accusés Hutu (les acquittements) et les reconnaissent lorsqu’ils sont défavorables ou négatifs contre ces mêmes Hutu.

    Ce qui est encore étonnant et grave, dans les jugements contre certains Hutu résidant en France, le tout sur demande de Kagame, actuellement ami du Président Français, Emmanuel Macron et autres, les mêmes juges invoquent les jugements négatifs du TPIR contre les Hutu.

    Les Affaires Kanziga, Veuve Habyarimana, Nzuwonemeye, Simbikangwa Pascal, Bucyibaruta et autres en sont les exemples éclatants.

    Affaire Nzuwonemye

    Pour rejeter sa demande reconnaissance de statut de réfugié politique, les juges français ont invoqué à son endroit les décisions négatives de la Chambre de Première Instance du TPIR contre certains accusés. Nzuwonemeye a interjeté appel de la décision négative de la même chambre à son encontre. La Chambre d’Appel du TPIR l’a définitivement acquitté de toutes les charges.

    Sur le fondement de cette décision favorable du TPIR, il a demandé à OFPRA le réexamen de sa demande.

    Les juges français ont décidé que la France ne reconnait pas les effets d’acquittement d’un Hutu prononcé par les juges du TPIR et ont conséquemment rejeté sa demande.

    Alors qu’en droit français, Nzuwonemeye comme tout Français acquitté par une juridiction française au nom du Peuple Français est blanc comme neige, pour le juges français, il est génocidaire des Tutsi.

    Affaire Kanziga, Veuve Habyarimana
    Pour rejeter sa demande reconnaissance de statut de réfugiée politique, les juges français lui ont opposé des faits glanés dans les médias français ou des Universitaires et journalistes français, la décision négative ne de la chambre de première instance du TPIR contre son frère alors détenu par le TPIR et les accusations fabriquées par le parquet de Kigali à l’encontre Kanziga.
    Les accusations du Rwanda à l’encontre de celle-ci sont identiques à celles du TPIR contre son frère car c’est le même parquet rwandais qui les avaient fabriqués et les communiquées ensuite au Procureur du TPIR.

    Quant aux faits glanés dans mes médias français, il s’agit d’une reprise pure et simple des accusations du Rwanda ci-dessus évoquées qui ont été portées devant les tribunaux français par les officines du régime Kagame opérant en France à savoir CPCR de Gauthier Alain, dit Chasseur des Hutu en France avec sa femme Dafroza, Umututsikazi de Bugesera mais originaire de Gikongoro, employés du Gouvernement FPR et qui ont été récompensés par Kagame pour le services faits, Ibuka France, branche du FPR financée par la France ( la France finance le FPR dans la chasse contre les Hutu résidant en France) et autres.

    En somme, les juges Français reconnaissent la valeurs juridiques des faux témoignages et des faits fabriqués par les maîtres du Rwanda contre les Hutu mais ils les rejettent lorsqu’ils concernent les soldats et certains dirigeants français à l’époque des faits (octobre 1990 à 1994).

    Affaire Bucyibaruta Laurent, ex-Préfet de Gokongoro

    Il est accusé par le Rwanda via CPCR du couple Gathier suscités d’avoir génocidé les Tutsi par abstention ou passavité. C’est-à-dire non pas parce qu’il s’est directement et personnellement rendu coupable du génocide dit des Tutsi mais pour n’avoir rien fait pour prévenir et/ou arrêter les massacres contre les Tutsi dans la préfecture de Gikongoro, en sa qualité de Préfet. Autrement dit, le Préfet Bucyibaruta, en sa qualité de Préfet, pendant les événements de 1994 au Rwanda, en raison de la fonction qu’il occupait, il avait les pouvoirs de prévenir la commission des massacres contre les Tutsi, sanctionner leurs auteurs et mettre fin à leur commission. Pour les juges français, il n’a pas exercer les pouvoirs qui lui sont conférés par les lois rwandaises en vigueur dans de telles circonstances à l’époque des faits.

    Bucyibaruta était représentait l’Etat Rwandais d’alors dans la Préfecture de Gikongoro. Il s’ensuit que les accusations à son endroit sont des accusations portés contre l’Etat Rwandais d’alors.

    Le Rwandais était un Etat de droit écrit. Dès lors, pour accomplir ses missions que les lois rwandaises en vigueur lui conféraient, le Préfet Bucyibaruta devait agir conformément aux lois rwandaises, sous peine de violer celles-ci.
    Se poser alors les question suivantes : – quelles sont les pouvoirs du Préfet dans une situation normale dans de telles circonstances ? Durant la période invoquée par l’accusation, le Rwanda était dans une situation normale de sorte que le Préfet était-il en état d’accomplir normalement ses missions ou au contraire était-il dans une situation anormale le mettant dans l’impossibilité évidente et irréversible d’accomplir normalement ses missions, le tout conformément aux lois Rwandaises en vigueur ? Pendant la guerre de 1994, les institutions et services publics rwandais étaient-ils fonctionnels? Dans la négative le Préfet Bucyibarura était-il en état d’accomplir normalement ses missions ? Si oui, comment ? Si non, comment?

    Pour les juges Français, la guerre de 1994 n’a eu aucun effet sur le fonctionnement des institutions et services publics rwandais. Dès lors,le Préfet Bucyibaruta était en état d’accomplir normalement ses missions conformément aux lois rwandaises.
    Il s’ensuit que sa passivité et son inaction étaient volontaires et constitutifs de complicité de génocide et crimes contre l’humanité contre les Tutsi Rwandais (vus comme membres d’une race sui generis au Rwanda).

    Il a comparaîtra devant la Cour d’Assises Française au mois de mai 2022 pour n’avoir pas prévenu les massacres des Tutsi, pour n’avoir pas sanctionné ses collaborateurs prétendument impliqués personnellement dans ces massacres et pour n’avoir rien fait pour mettre hors d’état de nuire les auteurs des massacres des Tutsi.Il convient de rappeler que les auteurs des massacres étaient issus des catégories sociales diverses et de toutes tendances politiques y compris des milliers d’infiltrés du FPR dont Tite Rutaremara a confirmé l’existence devant des millions de Rwandais et étrangers qui regardent la télévision rwandaise.

    Hormis quelques rares exceptions, la singularité des Universitaires français comparativement aux universitaires anglo-saxons est que même face à l’évidence absolue, les universitaires, journalistes et juges français ont toujours refusé de s’incliner devant la Vérité sans poussières.

    Les universitaires, journalistes et autres érudits auto-proclamés sont les seuls qui ont soutenu et soutiennent que le génocide dit des Tutsi a été planifié par Habyarimana, assassiné le 6 avril 1994 par Kagame, son épouse et les membres d’une Akazu.Akazu étant, selon eux, une organisation des criminels planificateurs du génocide dit des Tutsi. Il est de notoriété publique que Akazu est un slogan politique qui a été inventé par les dirigeants du parti MDR. Devant les juges du TPIR, Twagiramungu Faustin, alors président du parti MDR, a expliqué clairement et en détail a signification de ce mot, pourquoi a-t-il inventé de ce mot dont affirmé et confirmé sa sa paternité. Depuis lors, ce mot a été rayé du vocabulaires non seulement des juges du TPIR mais également de tous les universitaires sérieux sauf les universitaires français. Le comble est qu’ils n’ont jamais adressé au TPIR les éléments probatoires pour étayer leurs assertions. Akazu est maintes fois évoquée dans les arrêts de la Cour de Cassation et du Conseil d’Etat dans les affaires Simbikanwa en particulier.

    Il y a plusieurs années, une association, COVIGLA s’est constituée partie civile devant les tribunaux français contre Kagame et autres nommément précisés pour génocide, crimes contre l’humanité et crime de guerre contre les Hutu. Les plaintes contre Kagame et sa clique en France resteront sans suite.
    A ce jour, aucune réponse des juges français alors qu’ils dépensent des millions d’euros dans les procès contre les Hutu. Le juge français a observé parce que pour eux, les massacres de masse contre les Hutu est une pire spéculation ou invention des Hutu. Seuls les Tutsi, membres de la race Tutsi n’ont pas ont un sang différent de celui de Hutu.Il s’ensuit que seuls les victimes Tutsi méritent compassion et justice. Devant des millions de Rwandais, le Président Français Macron a nié l’existence de massacres de masse contre les Hutu par es soldats du FPR. Par ses affirmations scatologiques et déplorables pour un Président d’un Etat dit de droit de l’Homme, Macron s’est inscrit dans le droit fil des universitaires français tel professeur Duclert. Celui-ci a présidé la Commission mise en place par Macron aux seules fins de dégager la responsabilité de la France en tant qu’Etat et nullement la responsabilité des dirigeants français d’alors, le tout en application du droit français (les actes commis un Français dans l’exercice de ses missions sont imputables à l’Etat Français).

    Enfin la France est le seul pays au monde qui a crée une service judiciaires spécialement dédié aux Hutu, résidant sur son sol accusés par Kagame de génocide des Tutsi. Il est le seul pays qui a envoyé des juges au Rwanda pour conseiller les juges rwandais quant à la rédactions des actes d’accusation contre ses Hutu et l’optimisation de réussite de ces accusations. La France n’a pas poursuivi les assassins notoires de ses deux gendarmes et l’épouse de l’un d’eux en mission de coopération au Rwanda en 1994 au nom de leur pays. Elle a également déployé une armada de moyens pour enterrer définitivement le dossier de l’Attentat contre l’avion du Président Habyarimana qui a emporté trois français qui ont lissé des veuves et orphelins.

    • Je viens de vous lire et je n’en crois pas mes yeux. Je ne sais pas si c’est juste de la haine, ou de l’incomprehension ou un mixage de tout ce qui raconte pour perdre le lecteur intéressé.
      Pour vous un eclaircissement rapide a votre commentaire a partir d’extraits mis en italique.
      Bernard Lugan, seul expert du Rwanda reconnu comme tel par les rwandais
      – Juste à cause ses thèses farfelues comme celui d’un génocide non prémédité. Fausse thèse rejetée par tous les toutes les instances universitaire parceque ses thèses ne s’appuie que sur des citations récoltées ca et là. Et vous le portez dans votre cœur parceque il essaye de faire croire que le genocide n’avait pas été prepare ? Ce qui amoindrirais les peines au genocidaires (voires remettrais en question le genocide meme. Et qu’il a essayé de defendre les genocidaires comme Bagosora
      – Cet universitaire français, connu pour ses liens avec l’extrême droite et sa nostalgie du colonialisme, ne peut guère être considéré comme un spécialiste du Rwanda reconnu par ses pairs. Ses theses sont rejetés par la plus grande partie de la communauté universitaire et scientifique
      Rutaremara a également dit que les infiltrés du FPR « BARAKORAGA ».
      – On sait tres bien tout les 2 que c’est pas la meme chose à moins que vous ne comprenait pas parfaitement le kinyarwanda. La vérité est que les inkotanyi (militaires FPR) s’infiltrait pour renseigner les positions de l’ennemi et autre renseignement et souvent sans armes ou cacher tres loin. A noter qu’ils était tres peu nombreux a pouvoir s’infiltrer parcque ils étaient tres vite repérer (tutsi assez reconnaisable) et abatu par le FAR et interahamwe ds les barrières au lendemain de Oct 90. La triste histoire est que presque tous ont été tuer comme les autres tutsi. Ce que veut dire Tito Rutaremara . C’est qu’ils ont fait un travail inestimable. Barakoraga= c’est gars ont vraiment travailler. Une autre difference est que Sindikubwabo donne un ordre alorsque Tito se remémore des ce qu’ont pu faire ls infiltre.
      il s’agit d’une reprise pure et simple des accusations du Rwanda ci-dessus évoquées qui ont été portées devant les tribunaux français par les officines du régime Kagame opérant en France à savoir CPCR de Gauthier Alain, dit Chasseur des Hutu en France avec sa femme Dafroza, Umututsikazi de Bugesera mais originaire de Gikongoro, employés du Gouvernement FPR et qui ont été récompensés par Kagame
      – La dame Dafroza. Umututsikazi. Pourquoi voulez vous que cette dame ne recherche pas les gens qui ont tues les membres de sa famille (comme des bebes), decoupes a la machette et violees au prealabble et tout innocents, parceque ils sont nes d’une autre ethnie. Pourquoi ne veut tu pas qu’elle se mettent a leur recherches et engagent d’autres dans la meme situation a faire de meme ? Est-ce un crime ? Est-ce aussi un crime si son epaoux par empathie et connaissant evidemment la situation au pays ne puisse lui perter mains fortes avec les moyens dispo comme faire appel aus juridiriction de son pays la France ou resident les auteurs de ces mefait.
      – Preciser que c’est une Umututsikazi ca veut dire quoi exactement. Est-ce un reveil a tout ce qui a horeur de la gent called tutsi ? Elle devrait necessairement etre Umuhutukazi pourque son action ait plus de credibilte ? est ce que mutustsi veut vraiment dire satan comme ca fait comprendre memes aux enfant hutus pour demarrer le genocide au moment venu ?
      – Pourquoi les tutsi devrait se taire et ne devrait pas demander reparation du genocide de manière a ce que ca ne se reproduisent plus considerant que ils doivent forecement vivre ensemble ? Pourquoi IBUKA, FARGE, AERG .. et toutes les institutions des rescapes du genocide devrait etre rejeter par un etat qui s attend a etre responsable de ses elus. Pourquoi cet Etat responsable ne devrait pas faire des efforts a retablir ces personnes en, déjà au minimum, leur donner des facilites d’expression. Serait-ce pcq Le president serait au depart tutsi que il y a quelque chose qui ressemblerait a un conflit d’interet parceque ils seraient tout les deux tutsi ? Que devrait faire un president dans cette situation hutu ou tutsi ?Conflit d’interet serait retenu parcequ le president devrait etre hutu ou du moins la dame Daphrose ? Bon
      – Pourquoi le President Kagame ne lui rendrait pas ses honneurs alorsqu elle afait preuve de courage ? Que le President soit Tutsi ou Hutu, c’autait été un minimum a faire pour déjà commencer a regler ce probleme et minimiser les ressentis.
      Il convient de rappeler que les auteurs des massacres étaient issus des catégories sociales diverses et de toutes tendances politiques y compris des milliers d’infiltrés du FPR
      – C’est tres faux. C’est pas possibles. Qu’en serait les raisons de tuer ma sœur de meme père et peres qui elevent ma fille ou qui prend soin de mes parents pendant que je serait dans des operation pour leur rendre un monde meilleur. Ces affirmation sont absurdes memes en envisagant les situation les plus absurdes.
      Il est le seul pays qui a envoyé des juges au Rwanda pour conseiller les juges rwandais quant à la rédactions des actes d’accusation contre ses Hutu et l’optimisation de réussite de ces accusations
      – Vaste blague. Donnez juste un exemple assez abouti ou même celui qui ne tient pas la route si vous en manquez
      Elle a également déployé une armada de moyens pour enterrer définitivement le dossier de l’Attentat contre l’avion du Président Habyarimana
      – Au moins cela disculpe le FPR. Parceque tout le monde sait tres bien que c’est les genocidaire qui ont commandite cela avec des gens comme Vedrine et des mercenaires. Reflechissez un peu, si vous n’etes pas du Rwanda, comment FPR ne pouvait tirer de kanombe (balistique et possibilte inoui de disposer d’engins et logistique dans zones hautement securises) ?

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.