Guerre en Ukraine : L’OTAN se prépare et va procéder à des exercices nucléaires !

Depuis des mois et le début de sa calamiteuse invasion de l’Ukraine, le chiffon rouge de l’intervention nucléaire ne cesse d’être agité par Vladimir Poutine. Le maître du Kremlin, qui jure ses grands dieux qu’il ne bluffe pas, est pris au sérieux.

Il y a quelques jours, Joe Biden lui-même parlait d’un risque d’«Armageddon» pour le monde et le patron de la CIA lui-même semblait assez peu sûr des intentions réelles de Poutine en matière atomique, plusieurs scénarios étant possibles.

Alors l’Otan se prépare. Comme elle le fait chaque année, mais sans y couper malgré l’ambiance pour le moins tendue avec le rival de l’Est, elle s’apprête à tenir en Europe son opération «Steadfast Noon» (dont le nom de baptême est expliqué ici), une série d’exercices destinés à tester la préparation de ses membres à une éventuelle action atomique.

Se déroulant du 18 au 26 octobre, « Steadfast Noon » réunira les forces armées de 14 des pays membres de l’organisation –mais pas de la France, qui fait cavalier seul dont le président a rappelé la doctrine lors d’une allocution le 12 octobre.

Valse atomique

L’OTAN – Il vaut mieux prévenir que mourir.

Seront concernées des aéronefs à capacité nucléaire (mais ne portant pas d’armes réelles), des avions de ravitaillement ou de commandement et de surveillance et l’ensemble des bases aériennes et personnels leur étant liés.

C’est, donc, une démonstration de force de la part de l’Otan. Un «exercice pour nous assurer que notre dissuasion nucléaire demeure sûre, sécurisée et efficace», a expliqué le secrétaire général de l’organisation Jens Stoltenberg lors d’une conférence de presse, qui a précisé qu’aucune mission ne serait menée à moins de 1.000 kilomètres du territoire russe.

Selon lui, comme selon le GCHQ britannique ou le renseignement américain, la Russie ne montre pour l’instant aucune activité pouvant montrer qu’elle se prépare à une escalade vers le pire, l’utilisation d’une arme nucléaire tactique contre l’Ukraine par exemple.

Source : LCI