La CIA avait prédit l’épidémie de coronavirus, affirme Hubert Védrine

Hubert Védrine

Hubert Védrine était l’invité de la matinale de Renaud Blanc ce vendredi 27 mars. L’ancien ministre des Affaires étrangères a avancé l’idée que « des organisations militaires » et « la CIA » avaient prédit l’épidémie de coronavirus. La crise est pour lui « l’occasion » de construire « une communauté internationale » chargée de créer une alternative à « la mondialisation dérégulée » et au « sans-frontiérisme » actuels.

La CIA aurait « décrit depuis des années » le scénario de l’épidémie de Covid-19

« Beaucoup d’anticipations avaient été faites par des organisations militaires, aux Etats-Unis, en France ou par la CIA ». Hubert Védrine a mis en avant ce matin, au micro de Renaud Blanc, un document de l’agence de renseignement américaine, paru en 2008, et qui aurait anticipé une pandémie comparable à celle du coronavirus. « Il y avait une prévision de la CIA qui s’appelait « Les Tendances globales en 2025″, où il y a avait exactement ce scénario », a assuré l’ancien diplomate, qui a cité un extrait à l’appui. L’émergence d’une maladie respiratoire humaine hautement transmissible, et pour laquelle il n’y aurait pas de contre-mesures adéquates, pourrait déclencher une pandémie mondiale. « Et il y a toutes les indications », a-t-il surenchéri. Malgré les limites imposées aux voyages internationaux, les personnes présentant des symptômes bénins pourraient transmettre la maladie sur d’autres continents. « Tout cela est décrit depuis des années… », a-t-il déploré.

L’ancien ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac a estimé que le monde entier devra tirer les leçons de cette crise sanitaire et a regretté, sans naïveté, l’absence totale de réponses internationales à l’épidémie. « Cela fait très longtemps qu’on se sert du mot de « communauté internationale » toute la journée, alors qu’il y a un système multilatéral qui fait ce qu’il peut, qui n’est pas très adapté à tout cela. Il n’y a pas de communauté des mentalités ni des esprits ».

« Vous le voyez bien dans cette crise, c’est une confirmation pas une révélation, les pays réagissent de façon tout a fait différentes ». L’ancien porte-parole sous la présidence de François Mitterrand a reconnu que l’approche des pays asiatiques, qui « ont tiré les leçons du SRAS » était meilleure que celle des occidentaux.

Hubert Védrine veut profiter de la crise pour abolir « l’économie casino »

«La communauté internationale est à construire. C’est une occasion », a-t-il espéré. Imaginez des solutions mondiales pour construire un nouveau système économique qui le serait moins, tel serait le vœu d’Hubert Védrine. « Il y a un mouvement énorme, surtout venant de ceux qui mettent en avant la survie économique, qui prône le retour à la normale. Ce n’est pas tenable (…) car l’impréparation face au risque pandémique n’était pas normale ». S’il ne souhaite pas revenir sur le principe de mondialisation, « qui remonte à l’aube de l’humanité », il veut corriger ce qu’il voit comme une dérive de la globalisation, «dérégulée et financiarisée », qui a abouti à la création d’une « économie casino ». « J’écarte l’hypothèse d’un retour à la normale. Mais l’autre hypothèse, « on va tout changer, ne plus prendre l’avion… », ce n’est pas tenable. Je suis sur la ligne : il faut commencer à réfléchir sur ce qu’il faut changer dans la mondialisation débridée. Garder les aspects positifs et corriger les autres », a-t-il précisé.

Clique ici pour lire la suite sur « radioclassique.fr »

avatar
250
  S’abonner  
Notifier de