Le Niger expulse huit ex-dignitaires de l’ancien régime hutu rwandais de 1994

Protais Zigiranyirazo, dit "Monsieur Z", ancien dignitaire du régime hutu rwandais

Le Niger va expulser « pour raisons diplomatiques » huit Rwandais, anciens dignitaires du régime hutu responsable du génocide des Tutsi en 1994, récemment accueillis en vertu d’un accord avec l’ONU, selon un arrêté ministériel consulté mercredi.

Quatre de ces huit Rwandais ont été acquittés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) et les quatre autres ont purgé la peine à laquelle ce tribunal onusien les avait condamnés. « Les personnes dont les noms suivent sont définitivement expulsées du territoire du Niger avec interdiction permanente de séjour, pour des raisons diplomatiques« , précise l’arrêté signé par Hamadou Amadou Souley, le ministre nigérien de l’Intérieur.

Huit noms suivent dont ceux de quatre Rwandais ayant purgé la peine prononcée par le TPIR: l’ancien préfet de Butare (sud) Alphonse Nteziryayo, l’ancien patron du renseignement militaire Anatole Nsengiyumva, le lieutenant-colonel Tharcisse Muvunyi et le capitaine Innocent Sagahutu. Les quatre autres, acquittés par le TPIR, sont Protais Zigiranyirazo, dit « monsieur Z.« , frère de l’ex-Première dame Agathe Habyarimana, considéré comme une figure du régime hutu, François-Xavier Nzuwonemeye, ex-commandant d’une unité d’élite de l’armée rwandaise, l’ex-ministre des Transports André Ntagerura et l’ancien ministre de la Fonction publique Prosper Mugiraneza.

Protais Zigiranyirazo , Mugiraneza Prosper, Lt. Col Muvunyi Tharcisse et Maj. Nzuwonemeye François Xavier. Col. Alphonse Nteziryayo, Col. Nsengiyumva Anatole, Cap. Sagahutu Innocent, Ntagerura André

« Les intéressés seront mis en demeure de quitter le territoire de la République du Niger dans un délai de sept jours suivant la date de notification du présent arrêté« , selon le texte qui n’indique pas leur futur point de chute. L’authenticité de cet arrêté, publié par le journal nigérien Aïr Info, a été confirmé à l’AFP par le ministre nigérien de l’Intérieur qui n’a pas donné plus de précisions sur les raisons de cette expulsion. « La raison, vous l’avez vue sur le papier« , a-t-il seulement indiqué.

« La décision du Niger est vraiment bienvenue car ces gens sont responsables et ont été reconnus coupables d’avoir planifié et commis le génocide de 1994 contre les Tutsi« , a réagi auprès de l’AFP Naphtali Ahishakiye, secrétaire exécutif d’Ibuka, principale association rwandaise de rescapés du génocide. « Maintenant qu’ils ont été expulsés, ils devraient retourner au Rwanda car les crimes ont été commis sur le sol rwandais. C’est ce que nous demandons« , a-t-il poursuivi.

Le 15 novembre, le Niger avait signé un accord avec l’ONU pour accueillir neuf personnalités rwandaises, les huit concernées par l’arrêté et Jérome Clément Bicamumpaka, ex-ministre des Affaires étrangères en 1994, également acquitté par le TPIR. Selon l’hebdomadaire Jeune Afrique, le mécontentement de Kigali serait à l’origine de cette volte-face des autorités nigériennes. Entre avril et juillet 1994, le génocide a fait quelques 800.000 morts, selon l’ONU, majoritairement issus de la minorité tutsi.

Source :TV5 monde

6 Comments

  1. Cette affaire est la confirmation que le président du TPIR et aujourd’hui le MTPI n’est pas le Président officiel mais en fait Kagame.
    1/ Les huit personnes citées, quatre ont été acquittées de toutes les charges invoquées par le Rwanda via le TPIR et quatre autres ont été condamnés à des peines inférieures au temps passé en détention provisoire, et conformément au statut institutif du TPIR, ils ont été libérés.
    Pourquoi? Parce que les juges voulaient permettre au procureur de sauver la face en raison de son incapacité manifeste de prouver l’effectivité des faits invoqués par lui à leur endroit. En réalité, ils étaient innocents et devaient conséquemment être acquittés.
    2/ Ces huit Hutu Rwandais sont des blancs sans poussière.
    3/ Kagame et autres via le procureur du TPIR avaient demandé la perpétuité contre les intéressés nonobstant l’incapacité du procureur de prouver la crédibilité des faits invoqués par lui à leur encontre. Les juges du TPIR ont résisté aux chantages des maîtres du Rwanda et ont conséquemment rendu un jugement favorable aux accusés, le tout en application du droit. Ils ont donc dit le droit. Les Rwandais se rappellent qu’après les acquittements de quatre rwandais ci-dessus cités, Kagame a envoyé ses Intore dans la rue pour manifeste contre les décisions des juges du TPIR qui ont refusé d’exécuter ses ordres. Il en est de même de quatre autres qui ont été libérés après avoir purgé leur peine. Pour Kagame ces Hutu Rwandais sont des génocidaires. Il n’a cessé de le crier sur les toits et ce, depuis des années comme en témoignent les articles publiés par les journaux du FPR sur ces Rwandais.
    4/ Pour les Etats prédicateurs du respect des droits de l’homme et qui donneurs de leçons dans ce domaine, les décisions des juges du TPIR les concernant ne sont de vulgaires chiffons et sont corrélativement dépourvus de valeur juridique. Il s’ensuit qu’ils sont génocidaires et doivent être traités comme tels. Ainsi, notamment, les dirigeants et juges français ont décidé que le fait qu’ils aient été acquittés et/ou purgé leurs peines de prison est inopérant en droit français. Au regard du droit français ils sont génocidaires (voir la décision inique et édifiante du Conseil d’Etat/ Affaire Nzuwonemeye suscité)
    Pour la France un Hutu accusé de génocide dit des Tutsi et acquitté de toutes les charges par une juridiction pénale internationale qu’était le TPIR ou qui a définitivement purgé sa peine reste génocidaire. Pourquoi par ce genre de décisions qui concernent exclusivement les Hutu Rwandais? C’est sur demande de Kagame via les voix de son régime opérant en France que les juges français créé une jurisprudence inique et propre aux Hutu Rwandais. Pour concrétiser cette nouvelle jurisprudence sui generis et incompréhensible, la France est le seul pays au monde qui a créé une juridiction dédiée aux Hutu Rwandais accusés par Kagame de génocide contre les Tutsi appelé Pôle Génocide avec de juges dont la mission est d’exécuter les instructions de leurs supérieurs le grand décideur à savoir le Président actuellement Emmanuel Macron. Depuis l’arrivée au pouvoir de Macron à la tête de la France, les Rwandais qui suivent l’actualité ont pu constater une cascade d’accusations contre certains Hutu résidant en France pour génocide des Tutsi déposées par Gauthier Alain et son épouse, employés du gouvernement rwandais. Macron partie du cercle fermé des sponsors de Kagame dit club d’amis de PK. Macron lui a promis de faire le nécessaire pour enfermer pour plusieurs les Hutu Rwandais mentionnés sur la liste que son ami PK lui a remis lors de son voyage ici au Rwanda. Il a tenu parole.
    5/ Alors que l’ONU avait signé un accord piège avec le Niger pour que ces Hutu soient transférés dans ce pays, le Président français et son ami Kagame ont demandé au Président nigérien d’oublier cet accord et d’expulser de son pays ces Hutu Rwandais. Le Président Nigérien dont l’amitié avec Macron est de notoriété publique s’est exécuté. C’est donc application de la parole donnée par le Président Nigérien au Président Français que son ministre de l’intérieur a pris un arrêté inique d’expulsion contre ces Hutu Rwandais. Le constat est que le Ministre de l’Intérieur qui a pris la décision au nom de son pays, le Niger, n’a pas précisé les lois lesquelles il s’est fondé pour prendre la décision. Il a invoqué les raisons diplomatiques c’est-à-dire des raisons politiques.
    Le ministre de l’intérieur ne précise pas les motifs de droit et de fait ayant fondé sa décision collective défavorable. Il invoque des raisons diplomatiques c’est-à-dire les relations entre le Président du Niger et le Président Kagame via le Président Français.
    Il s’agit d’une décision purement politique dépourvu de caractère juridique.
    Au vu des fait pris dans leur ensemble, par cet arrêté d’expulsion en catimini de ces Hutu Rwandais en violation totale de l’accord que son pays a pourtant signé avec les Nations Unies, outre la violation des lois de son pays, il dénie aux intéressés la dignité la plus élémentaire et l’appartenance à l’humanité.
    L’accord en question est un accord-piège. Il serait invraisemblable que le Président Nigérien ait pris une telle décision sans l’accord implicite du Secrétaire Général de l’ONU.
    En effet, ces Rwandais résidaient régulièrement à Arusha, Tanzanie. Ils n’avaient aucun problème administratif avec ce pays. La Tanzanie ne leur pas refusé les titres de résidents permanents.
    Nonobstant leur refus, pour quelles raisons les Nations Unies les ont-ils obligés d’être transférés de force au Niger ?
    En raison de son état, les mêmes Nations Unies, ont accepté que le neuvième apatride rwandais, Bicamumpaka Jérôme, reste à Arusha, aux fins de pouvoir continuer ses soins dans un hôpital kenyan.
    Or, les Rwandais ont appris que les mêmes Nations l’ont sommé de déguerpir de son logement dans 15 jours à compter de la réception de la sommation. Autrement dit, le Secrétaire Général de l’ONU entend exhausser les vœux de Kagame soit achever un malade dont les chances de survie à long terme sont limitées. L’expulsion de ces Rwandais par le Président Nigérien vise à réduire ces Rwandais à la mendicité absolue à les faire disparaître. Par cette décision, les vœux de Kagame sont ou seront exhaussés.
    Question aux Rwandais: comment expliquer la haine viscérale de Kagame contre les Hutu vivant voire même les morts? Son cas est inique et unique dans l’histoire de notre pays. En effet, le Rwanda vient du fond des âges. Il a connu des rois et des présidents. Il n’a jamais connu un cas comme celui de Kagame: un individu imbibé d’une animosité jusqu’aux os contre ces compatriotes jusqu’à leur denier le droit d’appartenance à l’humanité et la dignité élémentaire. Son représentant à l’ONU a osé affirmer devant les membres du conseil de sécurité que certains de ces 9 Rwandais son directement impliqués dans les crimes qui ont été commis contre le Rwandais dans ces dernières années. Mais elle n’a pas précisé lesquels. Leur haine viscérale contre les Hutu a gravement obscurcit ou altéré leur sens d’honnêteté intellectuelle de sorte qu’ils sont frappés de dysfonctionnement intellectuel caractérisé qui les a conduit à tomber dans le caniveau de ridicules. Pour eux, le mot ridicule est pourvu de sens.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.