L’ONU confirme le soutien du gouvernement rwandais aux rebelles du M23 en RDC.

«Il va être de plus en plus difficile pour le Rwanda, constate Le Monde Afriquede camper sur son déni d’ingérence dans l’est de la République démocratique du Congo après la diffusion, hier [28 décembre, NDLR], du dernier rapport des experts des Nations unies. Ses conclusions sont en effet sans équivoques, pointe Le Monde Afrique. Les cinq enquêteurs assurent avoir « trouvé des preuves substantielles de l’intervention directe des forces de défense rwandaises sur le territoire de la RDC, soit pour renforcer le M23, soit pour mener des opérations militaires contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda » établies en RDC, d’origine rwandaises et opposées au régime de Kigali.

Dans leur précédent rapport du mois de juin, précise encore Le Monde Afrique, les experts de l’ONU se montraient beaucoup moins affirmatifs concernant l’implication du pays voisin. Ils se contentaient alors de reprendre des déclarations « des autorités » de la RDC affirmant que les rebelles du M23 opéraient avec le soutien des forces armées rwandaises. Ce que le président rwandais, Paul Kagame, niait avec force. »

2 espions rwandais qui préparaient un attentat à Kinshasa arrêtés.

Sur le terrain, « la situation se détériore chaque jour un peu plus entre le Rwanda et la RDC, relève La Libre AfriqueHier, les autorités congolaises annonçaient l’arrestation de « plusieurs espions » œuvrant pour les services rwandais. Kinshasa accuse aussi le Rwanda d’avoir cherché à préparer une attaque contre le président de la République

Selon les autorités, ces espions avaient non seulement infiltré quelques officiers de l’armée mais aussi des personnalités politiques, des opérateurs économiques et des membres de la société civile. Kinshasa affirme que le téléphone crypté du militaire rwandais a pu être exploité par les enquêteurs. L’objet a révélé, selon les autorités, que ce dernier a eu accès aux différents sites stratégiques de la capitale Kinshasa, en complicité avec certains généraux de l’armée congolaise.

Pour le gouvernement, ces espions avaient acquis un important patrimoine foncier dans le périmètre de l’aéroport international de Ndjili à Kinshasa et de la base militaire de Kibomango, ce qui, selon lui, aurait permis la préparation d’un attentat. Et en début de soirée, Kigali annonçait qu’un avion de chasse Sukhoi-25 de la RDC avait violé l’espace aérien rwandais le long du lac Kivu dans la province occidentale du Rwanda. »

Source : RFI