Présidentielle en Ouganda : Museveni contre Wine, “le Sage” face à la jeune garde

L’Ouganda vote ce jeudi 14 janvier 2020. Elections législatives et présidentielle. Pour cette dernière, le président sortant Yoweri Museveni brigue un 6e mandat. Au pouvoir depuis 35 ans, il aura pour principal adversaire le chanteur Bobi Wine, 38 ans, qui a su mobiliser la jeunesse et fédérer une bonne partie de l’opposition. Museveni contre Wine, un bras de fer tendu entre deux visages de l’Ouganda.

President forever“, “un président pour toujours“. Il y a cinq ans, au moment de briguer un cinquième mandat, Yoweri Museveni a choisi un slogan qui a le mérite de la clarté. Promesse tenue. Deux ans plus tard, en 2017, il modifie la Constitution et fait tomber la limite d’âge de 75 ans. Douze ans auparavant, via une première modification constitutionnelle, il avait déjà fait sauter le verrou du nombre de mandat. Dès lors, Museveni peut sans complexe, en effet, se revendiquer “président pour toujours“.

A 76 ans, Yoweri Museveni incarne à lui-seul un pan de l’histoire de son continent. Son combat politique, il l’entame dans la clandestinité du combat anticolonial au Mozambique. Né en 1944 dans le sud-ouest d’un Ouganda sous protectorat britannique, on le retrouve très jeune combattant au sein du FRELIMO, le Front de libération du Mozambique, la guérilla indépendantiste d’obédience marxiste qui se bat contre le colon portugais. Une façon très concrète de se battre pour des opinions forgées auparavant, à Dar es Salaam.

A l’université de la capitale tanzanienne d’alors, il a appris l’économie et les sciences politiques. Sous l’impulsion du président tanzanien Julius Nyerere, figure du panafricanisme, l’université de Dar es Salaam est à l’époque l’un des hauts lieux du socialisme africain et l’étudiant Yoweri Museveni signe au début des années 70 une thèse sur la théorie de Frantz Fanon sur la violence et contre l’aliénation, appliquée à l’exemple mozambicain.

2021 : un climat politique tendu

La campagne électorale a donné lieu à des violences et intimidations. Outre les manifestations meurtrières qui ont suivi l’arrestation de Bobi Wine aux premières heures de sa campagne en novembre, Florence Brisset-Foucault souligne que “l’opposition et les organisations de défense des droits de l’Homme ont été prises pour cibles“. Le célèbre avocat et défenseur des droits humains, Nicholas Opiyo, qui défend notamment Bobi Wine, a ainsi été arrêté mardi 22 décembre en raison d’accusations de blanchiment… Nicholas Opiyo est le fondateur de l’ONG Chapter Four, très active en Ouganda dans la défense des libertés civiles.

Ennuyés également, les journalistes à qui il a été demandé de s’accréditer spécifiquement pour la couverture des élections. Une lourdeur administrative destinée à décourager la presse de s’intéresser à l’événement. Un autre bon connaisseur du dossier ougandais s’inquiète, lui, des conditions du vote, le 14 janvier. Ce spécialiste, qui a souhaité rester anonyme, nous rappelle qu’en 2016 le matériel électoral est souvent arrivé en retard dans les bureaux et que l’accès aux urnes n’a pas toujours été possible pour les électeurs. La composition de la Commission électorale pose également question. Ses membres ont été désignés par l’Assemblée nationale dont les députés sont très largement issus du parti au pouvoir.

Bête noire du régime

Aussi depuis trois ans, Bobi Wine est-il la bête noire du régime Museveni. En août 2018, il est passé à tabac après des manifestations à Kampala. Accusé de détention d’armes et d’incitation à la violence, il est traduit en justice et torturé. Bobi Wine sera finalement autorisé à partir se faire soigner aux Etats-Unis. En avril 2019, Bobi Wine est à nouveau arrêté. On lui reproche d’avoir, quelques mois plus tôt, participé aux manifestations contre la taxe sur les réseaux sociaux décidée par le gouvernement.

Sa campagne électorale a aussi été la cible d’intimidations et de violences. Le 20 novembre 2020, alors qu’il tient son premier rally (ainsi appelle-t-on les meetings de campagne en Ouganda), Bobi Wine est arrêté sous le prétexte de la lutte contre la propagation du Covid-19. Son interpellation provoque des manifestations qui se soldent par la mort d’une cinquantaine de personnes et l’arrestation de 350 de ses partisans. Pas de quoi le décourager. Le 3 janvier, il appelle à nouveau à manifester “en cas de fraude à la présidentielle” et quatre jours plus tard, il affirme même souhaiter que Museveni soit traduit devant la Cour pénale internationale (CPI).

Neuf autres candidats

Le bras de fer entre Museveni et Wine occulte les neuf autres candidats de cette présidentielle. Trois d’entre eux attirent l’attention de Florence Brisset-Foucault, même si elle reconnaît qu’ils devraient réaliser “de petits scores, tant leur électorat s’est tourné vers Bobi Wine“.

Patrick Obot Amuriat, tout d’abord. Il est le candidat du Forum pour le changement démocratique (FDC), le parti fondé en 2004 par des déçus du Mouvement de résistance nationale (NRM) de Yoweri Museveni, au premier rang desquels Kizza Bessigyie. Patrick Amuriat est “un candidat de l’Est, une région très peu représentée au sein du champ politique“, mais “la planche lui a été largement savonnée par la candidature de Bobi Wine“, explique la chercheuse.

Le choix du FDC de désigner Amuriat a généré une autre candidature. Mugisha Muntu a claqué la porte du parti pour créer sa propre formation, l’Alliance pour la transformation nationale (ANT). Cet ancien haut-gradé “bénéficie de réseaux et d’un certain capital sympathie au sein de l’armée“. Signalons aussi Norbert Mao, candidat du Parti démocrate (DP), un parti historique fondé en 1954 et qui “brasse un peu partout à travers le pays“.

Les six autres candidats se présentent “sans étiquette” :
John Katumba
► Willy Mayambala
► Fred Mwesigye
► Henry Tumukunde
► Joseph Kabuleta
► Nancy Kalembe

Cliquer ici pour lire cet article au complet sur TV5 Monde

Subscribe
Notify of
guest
7 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
NYONINYINSHI
NYONINYINSHI
13 January 2021 17 h 05 min

Yoweri KAGUTA M7 azakurwaho n’ Urupfu! Yavuze ko, yabaye mu ishyamba imyaka 8 arwanya AMINI. Yabaye mu ishyamba imyaka 7 arwanya OBOTTE. Avuga ko, yafashe ubutegetsi akoresheje IMBUNDA n’ AMASASU!! Ngo ntabwo azakurwaho ni UDUPAPURO tw’AMATORA.

NYONINYINSHI
NYONINYINSHI
13 January 2021 17 h 07 min

Kagome Pilato Yataburuye President Dominiko Mbonyumutwa! Kagome Yahambye KIGERI NDAHINDURWA nkimbwa! Ihambwa rya Pierre BUYOYA ribere Kagome Pilato akarorero. Uko nawe AZAHAMBWA. Ibibi Kagome Pilato, yakoreye abandi! Amenye neza ko nawe azabikorerwa.

NYONINYINSHI
NYONINYINSHI
13 January 2021 17 h 08 min

Ibyiza FPR INYENZI INKOTANYI zavanye mu gihugu cy’ BUSAGYA ni: 1). KWICA, 2). KWIBA, 3). KUROGA, 4). GUKONA, 5). KUBESHYA, 6). UBUSAMBANYI ndenga kamere. IMICO MIBI GUSA: Nibyo twabonye bavanye mu BUSAGYA. kwa Papa wabo KAGUTA Yoweri M7.

NYONINYINSHI
NYONINYINSHI
13 January 2021 17 h 09 min

Kagome Pilato RUKARABANKABA yishe Landuwalidi NDASINGWA Alias Lando! Louise MUSHIKIWABO wirirwa avuma ABAHUTU! Ni UMUTERUZI ‘IBIBINDI [“RUHU RW’INDA”]! Bivuze ko! AMABOKO Y’UMUKOBWA, ASERA UWISHE SE.
REFERENCE:
https://www.youtube.com/watch?v=zU3a

NYONINYINSHI
NYONINYINSHI
13 January 2021 17 h 17 min

Umwami w’UMUSAZI Yuhi III Mazimpaka yabayeho mu 1642 – 1675! Ubu yiyibururiiye muri Kagome Pilato RUKAABANKABA ka RUTAGAMBWA. Nimudatabara aramara ABATURAGE isi yose irebera.

NYONINYINSHI
NYONINYINSHI
13 January 2021 17 h 42 min

ICYITONDERWA: Yoweri KAGUTA M7 yafashe ubutegetsi akoresheje IMBUNDA n’AMASASU! Ntabwo azakurwaho n’UDUPAPURO tw’AMATORA. NOTE: AKABOKO GAFASHE IMYAMA, KAREKURA ARUKO UGACIYE.

NYONINYINSHI
NYONINYINSHI
13 January 2021 19 h 19 min

Kagome Pilato Yabohoje ISAMBU ya BIVOVE GAKWAYA kuri MUHAZI! Ahemukira Abana ba BIVOVE baramenengana! Kandi BIVOVE ari UMWEGA mwene wabo. BIVOVE Avuka muri Commune RUNYINYA! Yari afite GARAGE i Butare ku Karubanda. Yakinaga Course y’imodoka agatsinda