Qu’est-il arrivé à la Russie ? C’était autrefois une nation fière de gens bien cultivés… Pourquoi ont-ils commencé à se comporter comme des bêtes ?

Frappe meurtrière dans l’est de l’Ukraine à Dnipro, plusieurs morts et disparus.

Qu’est-il arrivé à la Russie ? C’était autrefois une nation fière de gens bien cultivés, jouant aux échecs, appréciant le ballet, écrivant de grands romans et faisant de l’ingénierie . Pourquoi ont-ils commencé à se comporter comme des bêtes ?

En fait, c’est très simple.

Pour ne pas remonter 10 siècles en arrière ou même aux temps des Tsars, la Russie a vécu une formidable révolution « interne » : la fin de l’URSS. Celle-ci a été voulue par Gorbatchev, initiée par lui, puis poursuivie par Eltsine. On peut tout dire, en bien comme en mal, sur ces deux personnages, mais ils avaient l’un comme l’autre une vision identique : rapprocher l’ex-Union soviétique de la démocratie, en finir avec les terreurs, et tenter de rendre plus heureux le peuple russe. La perestroïka est passée, avec beaucoup de difficultés, de pleurs, une crise économique grave et des quasi-moments de famine.

A alors été poussé au pouvoir un jeune Officier du KGB, d’ailleurs peu brillant et mal noté, mais qui avait rendu beaucoup de services aux politiques de Saint-Pétersbourg. Cet homme a pris le fauteuil et a progressivement évolué en dictateur autocrate, néo-conservateur et nationaliste.

Vladimir Vladimirovitch Poutine, dont on ne rappellera jamais assez la « jeunesse voyouteuse » voire pire, a toujours affirmé que la plus grande erreur comme son grand traumatisme avaient été la fin de l’URSS. Dont acte.

Il a progressivement passé un contrat avec les Russes. Au peuple, il a demandé de ne pas s’occuper de politique et tout irait bien. Aux oligarques, il a tenu le même discours en demandant à participer au formidable business de la corruption.

Vladimir s’est comporté en vrai kleptocrate: il circule le fait qu’il « prenne » un commissionnement à 2 chiffres sur tout business d’oligarque. Vrai ou faux, personne ne le sait. Ce qui est certain, c’est qu’il a aujourd’hui la première fortune mondiale, avec laquelle il fait d’énormes bêtises. Et que son enrichissement s’est fait aux dépens du peuple russe. Et cela dure depuis plus de 22 ans …

Poutine a évidemment plein de défauts, mais il a une double qualité : une « fausse humilité discrète » en raison de sa petite taille, qui accompagnée de ses petits sourires secs l’a fait apprécier des russes comme des dirigeants à travers le monde. Et par ailleurs, c’est un as du marketing : il a convaincu tout le monde que la Russie était à l’œuvre, et qu’elle s’était engagée sur la voie de la modernité. Il a « fabriqué » une image de la Russie, moderne, riche, dynamique, … qui n’a RIEN à voir avec la réalité, et qui a été fort bien marketée par des armées de trolls et de relais politiques occidentaux.

Souvenez-vous de ces 4 lettres : C.A.M.D. Elles ont été inventées il y a 45 ans (déjà !) par l’un de mes professeurs. Elles caractérisent, de tout temps, les 4 maux fondamentaux de la Russie : la corruption, l’alcoolisme, le mensonge et le déni de démocratie.

Et c’est là que Poutine a trahi l’esprit de la perestroïka : il n’a rien fait, bien au contraire, pour sortir la Russie de cette quadruple ornière. Pire, la corruption galopante s’est accompagnée progressivement d’un resserrage anti-démocratique des plus malfaisants : journalistes assassinés, opposants empoisonnés, manifestants embastillés, … Le mensonge est devenu une pratique généralisée, quasi institutionnelle : tout le monde ment à tout le monde. Un seul exemple est parlant : l’armée russe.

Dramatique, l’homme et ses dérives n’a été freiné par personne. Ni en Russie, ni à l’International. Pire, courtisé par les allemands et les hongrois, dragué par les iraniens et les turcs, complice des chinois et des vénézuéliens, … il a joué des impunités nécessaires à poursuivre sa basse œuvre nationaliste.

Le pays, cette belle et grande Russie, l’a majoritairement suivi, car il avait fixé un cap dans cette direction nauséabonde. Le deal était là, les opposants éliminés. Il s’est même mis dans la poche l’église en y nommant un collègue du KGB, Kyril.

On rappellera que le taux de soutien à Vladimir Vladimirovitch était de l’ordre de 80% début 2022. Même si les sondages sont truqués, on ne peut nier qu’une large majorité des russes le suit. Objectivement, selon l’institut Levada, ce taux baisse très vite en cette année 2022 : 60% fin octobre.

La suite est connue : les faux attentats de Moscou, les 2 guerres de Tchétchénie, l’invasion partielle de la Géorgie, l’annexion de la Crimée, les basses œuvres au Donbass, le soutien à la dictature d’El Hassad dans le conflit syrien, la dynamique de Wagner en Lybie et au Mali,Rien ni personne n’a plus arrêté Poutine. Et a créé en lui une sorte de sentiment d’impunité. Du style : « J’y vais, de toute façon je leur fais peur et je les tiens en otage, ils n’oseront pas réagir ».

ll s’est donc permis sa dernière erreur, qu’il préparait en secret depuis des années : envahir et annexer l’Ukraine, faire tomber Zelinsky, le liquider avec son gouvernement, les remplacer par un gouvernement fantoche … Avec une idée : unifier Russie, Biélorussie et Ukraine. Le fameux (!) concept d’EurAsie.

Pour ce faire, il a lâché les chiens haineux, ces soldats qui volent et qui violent, qui déportent ou assassinent. De manière innommable : la Procureure générale d’Ukraine a 40.000 cas de crimes contre l’humanité sur son bureau …

Et voilà comment le beau pays de Tchaïkovski et de Kandinsky, des milliers d’églises aux coupoles dorées à la taïga, est devenu un porte avion de voyous et de délinquants. Wagner, (encore un mensonge puisqu’ils ont nié tout lien il y a quelques semaines) , a inauguré un énorme building à St. Pétersbourg. Et que ses soldats, comme de très nombreux soldats russes d’ailleurs, se comportent comme des criminels.

C’est ma réponse à cette (votre) question. Celle-ci va probablement déchainer pro-poutine et trolls, mais elle a la sincérité d’un homme qui a vécu et travaillé près de 3 ans dans ce pays. Et qui y a toujours quelques amis. Un dernier mot : mais comment les russes vivent-ils tout cela ? C’est simple, ils sont à la fois totalement désinformés et interdits de s’exprimer, voire même d’avoir une opinion divergente. Cela rappelle les années sombres du communisme soviétique ou maoïste. Et surtout, ils ne sont pas heureux de vivre : à l’indice Numbeo de la QUALITE DE VIE, la Russie est 70° mondial ( Numbeo, en Open Source).

Cet indice est passionnant car il combine des facteurs qui font que notre vie est agréable ou pas (coût de la vie, sécurité, facilité de déplacements, capacité à avoir « son » logement, pollution et environnement …). Si vous en doutiez encore, souvenez vous qu’entre 1,3 et 1,5 millions de russes, majoritairement des hommes plutôt bien éduqués, ont quitté le pays depuis 9 mois. Du jamais vu.

L’original de cet article est publié par «quora»