RDC-Rwanda : L’ONU demande « les rebelles du M23 à déposer les armes sans condition ».

Huang Xia, Envoyé spécial du SG de l'ONU

Huang Xia, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs plaide pour la résolution «pacifique de la crise actuelle» entre la République Démocratique du Congo et le Rwanda. Il l’a dit au cours d’une visite de médiation à Goma et Kigali.

Dans le cadre de la médiation dans la crise qui oppose la RDC au Rwanda, l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs s’est rendu à Kigali et Goma. Devant les autorités rwandaises, Huang Xia a exprimé la position de l’ONU contre «les discours de haine et l’incitation à la violence», qui est une menace pour «la stabilité sociale et la paix». Il a, à cette occasion, plaidé pour «une résolution pacifique de la crise actuelle» entre les deux pays.

Après la capitale rwandaise, M. Xia a rencontré, à Goma, les dirigeants de la Monusco. Parmi eux, Bintou Keita, représentante spéciale pour la République Démocratique du Congo du Secrétaire général de l’ONU. Leurs échanges ont tourné autour de la résolution de la crise entre le Rwanda et la RDC. «Nous poursuivons nos efforts pour la paix. Les populations de l’Est de la RDC n’ont pas besoin d’une nouvelle guerre», a déclaré l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs.

Pour rappel, avant sa visite dans les deux villes, Huang Xia avait publié un communiqué de presse sur la situation qui prévaut dans l’Est de la RDC. Dans ce document, il avait exhorté «les rebelles du M23 à déposer les armes sans condition», tout en encourageant les pays de la région à «maintenir le dialogue pour mettre fin à la menace posée par les groupes armés». Notons qu’avant cette visite, l’Union Africaine avait réussi à faire baisser la tension entre les deux pays.

Le Président angolais, João Lourenço, qui avait reçu mandat de l’Union Africaine de faire la médiation, avait réussi à faire baisser la tension entre la République Démocratique du Congo et le Rwanda. Félix Tshisekedi avait en effet accepté de libérer les deux soldats rwandais dont la capture avait déclenché un regain de tension entre les deux pays.

Article original publié sur « afrik.com »