Rwanda : La peine de 25 de prison pour P.Rusesabagina est susceptible d’être une condamnation à mort ! (la Fondation Clooney)

C’est à l’issue procès jugé « bancal » par l’organisation de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch, que le citoyen de nationalité belge Paul Rusesabagina, ancien hôtelier dont l’histoire a inspiré le film « Hotel Rwanda » et devenu un féroce critique du président Paul Kagame, a été a été condamné lundi à 25 ans de prison pour « terrorisme » (agence Belga).

« Les autorités rwandaises ont le droit de poursuivre de véritables infractions à la sécurité, mais elles ont sapé leur dossier à chaque étape, à commencer par la manière dont elles ont détenu illégalement Paul Rusesabagina, par de multiples violations du droit à un procès équitable« , a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch, dans un communiqué diffusé lundi soir. « Sans surprise, nous avons vu une fois de plus que les tribunaux rwandais sont dominés par l’influence politique« , a-t-il ajouté.

« Pour garantir un procès équitable, il est important que les juges et les fonctionnaires de justice respectent et suivent pleinement toutes les normes relatives aux droits de l’homme« , a encore déclaré M. Mudge. « Cependant, les graves violations de ces normes au cours du procès de Paul Rusesabagina ont encore compromis la crédibilité du système judiciaire rwandais dans le traitement des affaires jugées politiques« , a-t-il ajouté. La ministre des Affaires étrangères belge Sophie Wilmès avait précédemment aussi estimé que Paul Rusesabagina n’a pas bénéficié d’un procès équitable.

« Un spectacle mis en place par le gouvernement rwandais »(Paris Match).

Paul Rusesabagin (au centre), le 14 septembre 2020 à Kigali

Sa famille et ses soutiens n’ont cessé de dénoncer ces derniers mois « un spectacle mis en place par le gouvernement rwandais pour faire taire un critique et refroidir toute dissidence future« . Les Etats-Unis, qui lui ont décerné la médaille présidentielle de la liberté en 2005, et le Parlement européen avaient également exprimé leurs préoccupations sur les conditions de son arrestation et l’équité du procès. Dans une interview début septembre, Paul Kagame avait assuré que Rusesabagina serait « jugé aussi équitablement que possible« .

Amnesty International a dénoncé dans un communiqué lundi de nombreuses « violations » de ses droits, dont son arrestation « sous de faux prétextes », « son transfert illégal au Rwanda », « sa disparition forcée et sa détention au secret », alors que la Fondation Clooney a estimé que « compte tenu de l’âge et de la mauvaise santé de M. Rusesabagina, cette peine sévère est susceptible d’être une condamnation à mort« .

Paul Rusesabagina est depuis plus de 20 ans un féroce opposant à Paul Kagame, qu’il accuse d’autoritarisme et d’alimenter un sentiment anti-Hutu. Il vivait depuis 1996 en exil aux Etats-Unis et en Belgique, avant d’être arrêté à Kigali en 2020 dans des circonstances troubles, à la descente d’un avion qu’il pensait à destination du Burundi. Le gouvernement rwandais a admis avoir « facilité le voyage » vers Kigali, mais affirmé que l’arrestation était « légale » et que « ses droits n’ont jamais été violés« .

Veritasinfo

4 Comments

  1. Il ne fallait pas sáttendre á des miracles de la part des tribunaux rwandais.Seul léx ministre de la Justice a dit la verite et il lá paye.

    • Le régime rwandais est celui des terroristes , pourquoi ONU ne poursuit PS ces bergers charognards pourquoibls craindre ?se cacher derrière du fait qu’ils ont arrêté le génocide c’est normal ce sont eux qui ont commencé ce génocide .Même Dieu ne peut PS faire du mal aux gens sous prétexte qu’il les a Crès combien à plus forte raison LS terroristes ne doivent respecter le droit humain

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.