Rwanda: la veuve Habyarimana conteste le refus de lui accorder un non-lieu

Agathe Habyarimana, soupçonnée d’être impliquée dans le génocide de 1994 au Rwanda, demande à la justice française de lui accorder un non-lieu après 13 ans d’enquête et a fait appel du refus que lui oppose le juge d’instruction, a appris lundi l’AFP auprès de son avocat.

Agée de 78 ans, Agathe Kanziga est la veuve de Juvénal Habyarimana, le président hutu dont l’assassinat le 6 avril 1994 a déclenché les massacres contre la minorité tutsi. Elle avait demandé en septembre à un juge d’instruction du tribunal de Paris de clore l’enquête ouverte contre elle en 2008, invoquant le “délai déraisonnable” de la procédure.

Dans cette enquête, initiée par une plainte en 2007 du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), ce personnage-clé de l’histoire rwandaise a été placé sous le statut de témoin assisté en 2016, intermédiaire entre témoin et mis en examen, et n’a plus été interrogé depuis sur les faits.

Le 4 novembre, le juge a rejeté sa demande, conformément aux réquisitions de la section Crimes contre l’humanité du parquet national antiterroriste.

Le parquet fait valoir que “les investigations sont en cours” et que “la demande est dès lors prématurée“, selon l’ordonnance consultée par l’AFP. Le juge cite aussi la crise sanitaire parmi les circonstances qui “ralentissent nécessairement l’exécution des demandes d’entraide internationale“.

Mme Habyarimana a interjeté appel de ce refus, qui devra être examiné par la cour d’appel de Paris.

Cliquez ici pour lire la suite de cette article

Subscribe
Notify of
guest
3 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
kalisa
kalisa
19 November 2020 9 h 44 min

Ces français se moquent de qui? certains avaient 16 ans à l’époque des faits et n’avaient des yeux que pour leur prof de lettres. Ils mettent en place des commissions pour nous apprendre l’histoire du Rwanda que nous avons suivi en direct!!!

CESAR
CESAR
20 November 2020 14 h 52 min

Le cynisme est devenu un mot dépourvu de sens pour Kagame et les siens.
Oser charger la veuve de sa victime, relève de l’exploit dans les cynisme et infamies. Kagame pense-t-il à ce qui attend Jeannette le moment venu et celui-ci viendra.

CESAR
CESAR
20 November 2020 14 h 59 min

La décadence morale et intellectuelle frappe gravement toute la société rwandaise. Les Karasira Aimable sont rares. L’immoralité est enseignée dans les écoles et les familles rwandaises. Les industries de délations grouillent partout dans ce pays.