Tshisekedi – Armée: La promotion des généraux problématiques dont fait partie le rwandais Innocent GAHIZI

Félix Tshisekedi a procédé à de nouvelles mises en place au sein des FARDC ce vendredi 17 juillet 2020 et nommé les commandants des trois zones de défense. Les Congolais s’attendaient à une réorganisation de l’armée en fonction de deux défis sécuritaires majeurs auxquels le pays est confronté : la virulence des groupes armés et la présence de sept armées des pays voisins sur le territoire national.

Obtenir des galons dans un pays pareil, signifie qu’un officier a, soit repoussé victorieusement des armées étrangères hors du territoire national, soit neutralisé militairement des groupes armés. Rien de tout cela n’a prévalu dans les décisions du commandant suprême des forces armées. En lisant certains noms apparus dans son ordonnance, on a même l’impression qu’il s’agit d’une prime à l’inefficacité, voire au crime. Revenons sur quatre noms parmi d’autres :

1/ Le général Ilunga Kampete, ancien commandant des GR, la garde prétorienne de Kabila, devient commandant de la base stratégique de Kitona. Il est pourtant sous sanctions américaines et de l’Union européenne. Parmi les crimes qu’il porte sur sa conscience, il y a la destruction à coups de roquettes de la permanence de l’UDPS à Kinshasa dans la nuit du 19 au 20 septembre 2016. Des militants de l’UDPS avaient été tués, pour la plupart brûlés vifs dans le siège de leur parti incendié par les éléments de la Garde républicaine, dont le commandant était le général Gaston Ilunga Kampete.

2/ Le général Fall Sikabwe nommé chef d’état-major général des forces terrestres est impliqué dans les détournements des soldes des militaires sur le front. En mars 2020, il a même été rappelé d’urgence à Kinshasa après avoir fait l’objet d’un début de fronde des militaires engagés dans l’opération Sukola1 à Beni. Autre dossier noir que traîne cet officier, l‘assassinat du chef de guerre Paul Sadala, alias «Morgan» en Ituri en avril 2014, sans doute pour l’empêcher de révéler la complicité des FARDC avec les groupes armés qui saccageaient la province. Selon le rapport du groupe d’experts de l’ONU, Morgan entretenait des relations privilégiées avec de hauts officiers FARDC qui lui fournissaient des armes en échange de l’or pillé en Ituri. Fall Sikabwe était alors commandant des opérations en Ituri. A quels résultats peut-on s’attendre en plaçant un homme avec un tel passé à la tête des forces terrestres ?

3/ Le général Nduru Chaligonza nommé commandant adjoint de la deuxième zone de défense qui couvre le Kasai et le Katanga aux côtés du général Pacifique Masunzu. Chaligonza traîne au moins deux dossiers noirs dans son passé. Nommé commandant de l’Opération Sukola1 à Beni, en août 2019, l’homme a lancé fin octobre 2019 une opération catastrophique contre les présumés “ADF”, marquée par une flambée des massacres. Plus de 1.000 civils ont été massacrés, parfois à proximité des positions des FARDC. Une véritable calamité, ce général, par ailleurs ancien bras droit du criminel de guerre rwandais Bosco Ntaganda durant les violences en Ituri qui lui ont valu d’être condamné par la CPI pour crimes contre l’humanité. Et c’est son deuxième dossier noir. A quel résultat Tshisekedi s’attend en nommant un officier avec un tel passé dans le commandement de la zone de défense stratégique couvrant son Kasaï d’origine et le Katanga ?

Innocent Gahizi dans la destruction de camps des réfugiés rwandais à Kalehe (sud Kivu) en novembre 2019

4/ Le général Innocent Gahizi est nommé chef d’état-major de la troisième zone de défense couvrant l’ancienne Province orientale et le Kivu. Cet ancien bras droit du sinistre Laurent Nkunda (CNDP) était commandant adjoint chargé des opérations et renseignements à la 34ème région militaire qui couvre la province du Nord-Kivu. Il est le principal artisan de l’expansion du groupe armé NDC-R dont la zone d’influence s’étend sur presque la moitié de la province. Le NDC-R est une milice pro-rwandaise qui est en coalition avec les unités des RDF (armée rwandaise) redéployées dans le Nord-Kivu depuis l’accession de Tshisekedi à la présidence.

Il est évident que la nomination des généraux aussi problématiques ne contribue pas à conforter la confiance de la population dans les FARDC.

Bonne journée les amis !

Boniface Musavuli (facebook)

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments